Dossier : tout ce qu’il faut savoir pour bien arroser son jardin

Qui n’a jamais rêvé d’avoir un splendide potager, aux couleurs intenses et aux parfums enivrants ? Bien entendu, c’est un souhait qui n’est pas forcément simple à concrétiser, car il nécessite beaucoup d’amour et de savoir-faire. Et l’arrosage est un élément-clé à ne pas négliger.

Les besoins en eau selon les plantes

Même si les bons gestes sont nécessaires, il est toutefois essentiel de bien connaître ses plantes pour pouvoir adapter au mieux la gestion de son jardin. Alors, quelles sont les plantes les plus assoiffées, et comment réaliser un arrosage parfait ? Voilà ce que nous allons vous révéler dans ces quelques paragraphes.

Les différentes plantesBesoins forts et sur une longue duréePeu de besoinsBesoins importants sur une courte durée
CaractéristiquesLégumes aux racines profondes, fructifiant sur plusieurs mois chaudsLégumes d’hiver, assez résistantsLégumes à croissance rapide
ExemplesTomates, concombres, melonsÉpinards, poireaux, navetsRadis, salades, choux

Ainsi, en fonction des plantes que vous souhaitez faire pousser, les besoins en eau seront différents. Par ailleurs, il ne faut pas négliger le stade de croissance de vos légumes. En effet, c’est au tout début de leur développement qu’ils auront les plus grands besoins.

Alors mettez toutes les chances de votre côté de les voir bien pousser, en prêtant une attention toute particulière à ces périodes charnières.

Techniques pour bien arroser

Là aussi, il faut avoir conscience des bons gestes pour un arrosage optimisé. Par chance, ces points à connaître ne sont pas très nombreux. Les voici !

  • Arrosez en direction du sol et non pas des feuillages ! Cela n’a aucun intérêt, les plantes puisant leurs nutriments par les racines. Et le fait d’éviter les feuilles sera également un bon moyen d’éviter les maladies fongiques
  • Un conseil fréquemment donné est de procéder à deux passages pour une meilleure pénétration de l’eau. Effectivement, tandis que le premier a pour but d’humidifier le sol, le second vise cette fois à bien pénétrer la terre et atteindre les racines
  • Optez finalement pour la technique la plus adaptée. D’une part, l’arrosage automatique est idéal en cas de grandes surfaces, permettant aussi une forte économie d’eau, ainsi qu’une automatisation et une homogénéisation intéressantes. Nous retrouvons aussi bien entendu l’arrosoir, réservé aux petits espaces, ainsi que les tuyaux, actuellement favorisés dans bien des cas car constituant un compromis idéal entre ces deux techniques. 

Trouvons un jardinier paysagiste dans votre ville

demander un devis dans votre région

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour arroser vos plantations comme elles le méritent. Toutefois, l’une des préoccupations majeures actuellement, tant à une échelle mondiale que personnelle, concerne le réchauffement climatique et la durabilité des ressources. N’hésitez donc pas à vous sensibiliser sur le sujet, pour limiter votre consommation d’eau et vous inscrire dans une perspective écoresponsable !

Des astuces pour encore plus d’économies !

Bien choisir son eau

Vous vous demandez certainement quelles eaux sont susceptibles d’être le plus souvent utilisées pour l’arrosage, et quelles sont leurs spécificités ? Voici donc un tableau récapitulatif qui pourrait vous intéresser.

Les types d’eauL’eau de pluieL’eau du robinetL’eau de surfaceL’eau souterraine
Leurs spécificitésNaturelle, on la privilégie bien entendu ! En plus d’être de très bonne qualité et naturelle pour un arrosage optimisé, elle est aussi à température ambiante, ce qui est idéal.Souvent de bonne qualité, elle n’en demeure pas moins calcaire la plupart du tempsC’est certainement celle dont il faut se méfier le plus, car sa qualité est réellement variable selon les lieuxDe même, sa qualité n’est pas généralisable à tous les endroits, et sa fraîcheur ne la rendent pas idéale telle quelle pour un arrosage.

Quelques conseils pour éviter de surconsommer

Arroser comme il se doit implique certes d’une part de prendre soin de son jardin, mais aussi de penser à l’environnement, ainsi qu’à ses factures d’eau. Et il existe un certain nombre d’astuces à connaître pour pouvoir optimiser sa consommation, tout en garantissant des plantes en parfaite santé. Vous êtes curieux ? Voici donc de quoi vous satisfaire :

  • Tout d’abord, évitez que votre eau ne s’évapore en faisant le choix d’arroser tôt le matin ou tard le soir ! Voilà un conseil à ne pas négliger, car cela permettra à vos plantes de bien pouvoir étancher leur soif, plutôt que de voir ces ressources leur passer sous le nez. De même, arroser sous un grand soleil risquerait de brûler vos plantes, et ce n’est clairement pas le but de la manœuvre. Dans la même optique, profitez des aléas météorologiques pour adapter votre arrosage : s’il a plu, profitez-en pour ne pas gaspiller d’eau ! Eh oui, la nature est bien faite et saura vous simplifier la tâche de temps en temps ! 
  • Arrosez de façon uniforme et régulière. C’est essentiel, tout comme le fait de ne pas être trop rapide. Effectivement, plutôt que d’arroser très fréquemment et de manière inefficace chaque jour, il est peut-être préférable d’espacer les séances mais de prendre le temps de bien humidifier votre sol en profondeur, 
  • Attention toutefois à ne pas tomber dans l’excès inverse, en noyant vos plantes ! Il vous faut savoir lesquelles ont plus besoin d’eau que les autres, pour pouvoir adapter votre arrosage
  • Enfin, pensez à vos sols ! Miser sur un sol argileux, et riche en sels minéraux, aura tendance à bien mieux retenir l’eau et limiter les besoins en arrosage. Que demander de mieux ? 

D’autres techniques intéressantes

Pour être en mesure de limiter l’arrosage, que ce soit par manque de temps, de moyens ou par conscience verte, il est aussi intéressant de savoir comment agir efficacement.

Par exemple, adaptez les plantes à votre région ! Vous n’auriez certainement pas idée de faire pousser des ananas en montagne : il en est de même en ce qui concerne votre potager. De la même façon, pour que votre terre soit aussi fertile que possible, le binage et le paillage sont extrêmement répandus.