Dossier : maladies, ravageurs et carences dans le jardin

Les maladies, ravageurs et autres carences peuvent provoquer de gros dégâts dans votre jardin. Il est important de savoir que la lutte passe inévitablement par une bonne prévention et un bon entretien de vos espaces verts.

Sachez qu’il existe une multitude de maladies et ravageurs et presque autant de façon de lutter contre. Mais avant d’en arriver là, se pencher sur les façon de faire pour éviter que ce type de problèmes ne surviennent est très certainement la meilleure manière de ne pas avoir à lutter contre. Voyons cela plus en détail.

Maladies bactériennes et cryptogamiques

Pour éviter que vos arbres et vos végétaux ne tombent malade, il est souvent plus facile de prévenir que guérir. Pour cela, quelques gestes simples suffisent généralement :

  • Plantez des espèces adaptées : certaines plantes sont naturellement résistantes contre certaines maladies. D’autres permettent d’immuniser l’ensemble des espèces contre d’autres types.
  • Espacez vos plantes : pour éviter d’accumuler de l’humidité entre les végétaux, espacez vos cultures. Une bonne aération est souvent la clé de plantes en bonne santé.
  • Arrosez copieusement : en quantité suffisante. Ni trop ni pas assez. Évitez également d’arroser les feuilles et les tiges, préférez verser de l’eau au pied des plantes.
  • Pratiquez la rotation des cultures : pour ne pas appauvrir le sol et rompre le cycle des maladies, la meilleure des choses à faire est de pratiquer une rotation des cultures.
  • Enrichissez vos végétaux et votre sol : en déposant du fumier ou du compost lorsque les plants en ont besoin, on renforce leur système immunitaire et on évite ainsi le développement et l’apparition de maladies.

Si des maladies se déclarent, il ne faudra surtout pas attendre avant d’agir. Sinon elle risque de se répandre à l’ensemble des plantes et végétaux de votre espace vert. Voyons comment se débarrasser des maladies.

Comment traiter les maladies ?

Si, malgré tous les soins préventifs que vous avez pratiqué, des maladies venaient à apparaître, il faudra sévir et faire en sorte de traiter vos plantes. Dans un premier temps vous devrez identifier la cause de la maladie.

Pour identifier la maladie de la plante en question, il s’agira souvent de faire appel à des professionnels afin qu’ils puissent vous livrer un diagnostic complet et détaillé afin de vous donner la marche à suivre pour la traiter.

Vous pouvez également faire l’acquisition d’ouvrages de référence afin d’analyser le dysfonctionnement par vous-même. Dans ce dernier cas, il sera très important de ne pas confondre maladie et carence.

Trouvons un jardinier paysagiste dans votre ville

demander un devis dans votre région

En effet, ces deux dernières n’ont pas la même source et ne se traitent pas de la même façon. Elles peuvent cependant présenter les mêmes symptomes (feuilles naines, taches jaunes, etc.), ce qui les rends difficiles à identifier.

Une fois la maladie identifiée, il suffira de la traiter. Pour cela, commencez par :

  • Couper les parties atteintes : la première étape consiste à supprimer tous les membres malades (branches, feuilles, etc.) et de les évacuer. On peut très bien les faire composter étant donné que la chaleur tue la plupart des bactéries (sauf chancre bactérien, hernie du chou et quelques autres maladies).
  • Traiter les plantes : ces produits sont à utiliser en dernier ressort sauf si on dispose de recettes naturelles qui ne dégradent pas la terre et les autres plantes.
  • Nettoyer et désinfecter ses outils : nettoyez vos outils après chaque utilisation et désinfectez les avec de l’alcool.

Il existe une multitude de façon de traiter ses végétaux avec des remèdes écologiques faits main. Pour cela, consultez nos différents guides en question.

Ravageurs

Avant de se débarrasser des ravageurs, sachez qu’un jardinier sur deux n’utilise pas correctement les traitements contre les maladies, ravageurs et les carences (source : UPJ 2017). Cette mauvaise utilisation concerne particulièrement les surdosages, mauvaises pulvérisations et non respect des délais de consommation après traitement.

Si vous appliquez toutes les consignes de prévention pour éviter les insectes ravageurs, vous de devriez pas avoir de soucis majeur. Du type :

  • rotation des cultures ;
  • biodiversité et mélange d’espèces végétales ;
  • association de fumier et compost naturel ;
  • etc.

Malgré tout, il est possible que vos espaces verts soient victime d’insectes ravageurs ponctuellement. Alors la question que l’on est en droit de se poser est la suivante : comment se débarrasser des insectes ravageurs ?

Pour cela, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Piéger les ravageurs : il est possible de piéger les limaces et les escargots très facilement.
  • Créer des barrières anti-ravageurs : les barrières anti-insectes existent. Il suffit de les installer et vous réduirez fortement les dégâts que subit votre jardin.
  • Lutter contre les insectes ravageurs avec des insectes prédateurs : certaines chenilles (comme la Bacillus thuringiensis) mange les pucerons. Il en va de même pour d’autres ravageurs.
  • Pulvériser ses plantes contre les ravageurs : il est fortement conseillé de pulvériser des dilutions à base de purin (d’ortie, de consoude, etc.) afin de prévenir d’une part et même de guérir d’autre part.

Le jardinage est une pratique qui peut avoir recours à de nombreuses pratiques pour vous éviter tout problème de maladie, ravageurs et autres carences végétales. Pour ce faire, il est important de connaître les différences entre les potentiels ravageurs qui pourraient créer des dégâts dans votre jardin. Afin d’explorer cela plus en détail, nous vous invitons à consulter nos différents articles traitant de ces sujets.

Carences

Les carences végétales s’observent à l’oeil nu : feuilles qui jaunissent, mauvais bourgeonnement, petite taille, fleurs qui flétrissent, etc. La raison est la même pour tous les cas. La plante ne trouve plus les nutriments nécessaires à son développement dans le sol.

Avant de vous précipiter dans une jardinerie pour acheter le premier sac d’engrais que vous trouvez, observez la situation et essayez de prendre du recul par rapport à la situation. Il est important de déterminer le type de carence dont souffrent vos plantes avant d’appliquer quoi que ce soit comme remède.

Les carences en azote (N)

L’azote permet aux végétaux de stimuler la croissance des plantes en leur offrant la possibilité d’absorber des protéines et de la chlorophylle. Plus les végétaux disposent d’azote, plus leur feuillage bénéficiera d’un feuillage vert sombre.

Si la plante venait à manquer d’azote, sa croissance en serait fortement retardée et elle ne serait pas en capacité de produire des fruits d’une taille convenable. Pour y remédier, commencez par ne plus trop arroser et par aérer le sol.

Les carences en potassium (K)

Trouvons un jardinier paysagiste dans votre ville

demander un devis dans votre région

Le potassium permet aux plantes de réguler leur apport en chlorophylle tout en les rendant plus résistantes aux maladies. Il permet de renforcer la plante et de lui permettre de résistant aux périodes de grand froid et de sécheresse.

Pour réapprovisionner vos végétaux en potassium il faut incorporer des matières organique à la terre. Le compost ou le fumier sont de bons exemples d’apports de potassium naturels. Pour en savoir plus, consultez nos articles en question.

Les carences en phosphore (P)

Le phosphore permet d’améliorer le développement des racines. La maturation des fruits et l’éclosion des fleurs en fait aussi partie. Si la plante tend à se raidir et à ne plus donner de signe de vie, il pourrait s’agir d’une carence en phosphore.

Évitez de planter des espèces dans des milieux acides surtout si elles ne le supportent pas bien. Équilibrez le pH à l’aide d’assimilateurs spéciaux prévus à cet effet. La farine de poisson ou la poudre d’os permettent de réguler ce type de problèmes.