Carence en phosphore : conseils pour soigner votre jardin

Fleurs de taille réduite, croissance ralentie, déformation et chute du feuillage… Il est fort possible que votre plante ne trouve plus dans le sol le phosphore dont elle a besoin pour son bon développement. Mais avant de faire appel à un professionnel ou acheter des produits en jardinerie, il est impératif d’observer et d’identifier les symptômes liés à une carence en phosphore. Vous pourrez ainsi vous tourner vers les solutions adéquates.

L’importance du phosphore chez les plantes

Le phosphore, de symbole P, est un élément indispensable à la bonne croissance des plantes. Il favorise notamment :

  • La photosynthèse et le développement de la plante : il agit en synergie avec l’azote
  • La croissance des radicelles, améliorant ainsi le pouvoir d’absorption du système racinaire
  • La solidité des tissus cellulaires, ce qui permet aux végétaux de résister à la verse et aux maladies cryptogamiques
  • La floraison
  • La fructification et la maturation des fruits
  • La qualité des fruits

N’importe quelle plante peut faire l’objet d’une déficience en phosphore, qu’il s’agisse de fruitiers (fraisiers, tomates…), de légumes (pois, betteraves, pomme de terre…) ou de végétaux à fleurs.

Pourquoi ma plante manque-t-elle de phosphore ?

Une carence se manifeste lorsque la plante ne trouve pas dans le sol le phosphore, un élément vital pour sa survie et son développement. Cela peut être lié à 2 facteurs :

  • Les mauvaises pratiques culturales (culture de plantes dites « gourmandes » sans réalisation d’apports en nutriments, lessivage des minéraux à cause des épandages répétitifs…)
  • L’incapacité de la plante à assimiler le phosphore à cause des propriétés chimiques du sol. Les sols riches en fer, en zinc et trop acides entravent par exemple l’absorption de ce nutriment par le système racinaire. De même, un pH trop élevé (supérieur à 7), c’est-à-dire basique, peut freiner son assimilation.

Bon à savoir : Les épisodes de carence en phosphore se manifestent généralement au printemps, lorsque les jeunes racines commencent à se développer.

Quoi qu’il en soit, les phénomènes de déficiences en phosphore chez la plante sont rares étant donné que l’affinité des cellules végétales pour ce nutriment est élevée.

Symptômes et chronologie de la carence

Les symptômes et l’évolution de la carence en phosphore sont facilement reconnaissables.

Trouvons un jardinier paysagiste dans votre ville

demander un devis dans votre région

Symptômes de la carence en phosphore

Carence légère·         Feuilles vertes foncées nuancées de bleu

·         Nécroses violacées au centre des feuilles matures
Forte carence·         Enroulement et plissage des feuilles qui deviennent entièrement violacées

·         Déclin de la floraison

·         Chute du feuillage

Au commencement et lorsque la carence est encore légère, la plante prend une apparence verte foncée, parfois nuancée de bleu.

On remarque ensuite un freinage au niveau de la croissance longitudinale et le développement des pousses situées sur les côtés.

Après 15 jours de carence et en l’absence de traitement, des marques nécrotiques violacées ou noires se manifestent au milieu des feuilles matures et les déforment. C’est d’ailleurs l’observation du feuillage qui vous permettra de déceler l’apparition d’une insuffisance en phosphore.

À mesure que la carence progresse, l’infection se propage vers les rameaux du feuillage. Les feuilles se torsadentse rident, prennent une couleur entièrement violacéemeurent puis tombent.

Lors de la période de floraison, les fleurs éclosent, mais gardent une petite taille.

Les plants ont une apparence frêle à cause des branchages réduits.

Les dommages rencontrés en cas de carence en phosphore

Une carence en phosphore (P) freine  la croissance de la plante et de ses racines. Cela engendre également une diminution de la floraison et par ricochet une réduction significative de la fructification.

On notera par ailleurs une baisse des valeurs nutritionnelles des fruits et des légumes étant donné qu’une insuffisance en phosphore empêche la production de vitamines et de protéines.

Enfin, les plantes sujettes à ce déficit sont plus vulnérables aux maladies cryptogamiques. La dégénérescence des végétaux réduit alors les récoltes.

En cas de forte carence en phosphore, les jeunes plants peuvent même mourir.

Comment corriger une carence en phosphore ?

1) Adoptez de bonnes techniques culturales

Le froid, l’humidité constante ainsi que les sols alcalins et acides compromettent l’absorption du phosphore par les végétaux. Il est donc nécessaire de réaliser des amendements humiques (paillis, fumier, compost…) afin d’adoucir le sol et de rééquilibrer le pH.

2) Remuez régulièrement le sol

Trouvons un jardinier paysagiste dans votre ville

demander un devis dans votre région

Sous sa forme liquide, le phosphore se situe à moins de 3 cm de la surface du sol. Il ne se déplace guère contrairement à l’azote. Il arrive dans ce cas que les racines qui s’enfouissent en profondeur ne puissent pas en bénéficier. C’est la raison pour laquelle vous devez bien remuer le sol afin de répartir le phosphore.

3) Pensez aux mycorhizes

Les mycorhizes favorisent l’absorption du phosphore par le système racinaire. Généralement, les racines des végétaux en sont dotées. Toutefois, il arrive que celles-ci ne soient pas présentes dans le sol (à cause de la composition chimique du sol ou des perturbations par l’activité humaine). Par conséquent, la plante ne jouit pas des avantages conférés par l’association mycrorhizienne : résistance aux maladies, aux conditions climatiques rudes, amélioration de l’assimilation des nutriments par les racines, développement accru du végétal…

Dans ce cas, il est recommandé d’apporter des mycorhizes à vos plantes. Vous en trouverez facilement dans le commerce ou dans les boutiques spécialisées.

4) Effectuez régulièrement des apports en phospore

Si vos plantes manquent de phosphore, pensez à faire une pulvérisation hebdomadaire avec une émulsion de poisson. Avec une teneur de 5 % de phosphore, cette dernière est facilement assimilable par le système racinaire.

Pour compléter le traitement, vous pouvez également faire des apports en farine d’os, en guano d’oiseaux ou en phosphorite.

Autres sources de phosphoreSourceTeneurRation d’application
Guano d’oiseauxFientes d’oiseaux9 %1,5 kg/10m2
Farine d’osSous-produits de la transformation de viande21 %2 à 2,5 kg/10 m2
PhosphoriteCalcaire broyé30 %4,5 kg/10 m2

Si par inadvertance, vous en appliquez trop, additionnez de l’azote et du potassium pour éviter un excès de phosphore et rééquilibrer le tout.

Le mot de la fin

Vous l’aurez compris, venir à bout d’une carence nutritionnelle est relativement simple. Toutefois, il convient de surveiller régulièrement l’état de ses plantes afin de trouver le traitement adéquat. Si désormais votre jardin fait l’objet d’une déficience en phosphore, vous savez ce qu’il vous reste à faire !