Arrosage enterré : comment installer un réseau d’arrosage ?

Une première phase indispensable de conception.

L’arrosage enterré : pourquoi ?

Nous vivons dans une ère où le temps semble grandement nous manquer. Entre un rythme de travail acharné, des enfants à s’occuper, et des préoccupations plus ou moins centrales dans nos vies, il est vrai que garder un moment quotidien pour ses passions n’est plus aussi simple que cela a pu l’être par le passé. Et si vous avez la main verte, il n’est pas improbable que vous soyez frustré à l’idée de ne pas pouvoir passer autant de temps dans votre jardin que vous le voudriez. Ainsi, pour vous simplifier la tâche de manière automatique, avez-vous déjà pensé aux systèmes d’arrosage enterrés ? Ceux-ci peuvent en effet se révéler être bien pratiques. Que vous commenciez à prendre de l’âge et à avoir des douleurs en parcourant votre potager quotidiennement, que vous manquiez simplement de temps, ou que vous soyez fréquemment absent, c’est une solution qui semble effectivement bien sympathique pour alimenter en eau vos fruits et légumes sans effort, et régulièrement. Mais alors, comment mettre en place votre réseau d’arrosage ?

Un processus à suivre

Comme dans le cadre de tout projet, il va dans un premier temps vous être nécessaire de bien penser au système d’arrosage enterré que vous souhaitez chez vous. Et pour concevoir le système idéal, voici un exemple de procédure à suivre :

ÉtapesDescription
1. Dessinez un plan du jardin.Ce plan va en effet vous être indispensable, vous avoir une vue d’ensemble de votre jardin. De cette manière, vous pourrez aussi déterminer les points stratégiques pour placer une tête d’arrosage. Par ailleurs, grâce à un report clair des distances, cela vous facilitera le choix du matériel dont vous aurez besoin.
2. Quelques petits calculsEh oui ! Malheureusement, il vous sera impossible d’éviter la phase mathématique lorsque vous concevrez votre système. Tout d’abord, il vous faut connaitre le débit du réseau. Pour cela, prenez un seau dont vous connaissez la contenance, ainsi qu’un chronomètre. En ouvrant au maximum la vanne de votre robinet, déterminez le temps nécessaire au remplissage du seau. Finalement, pour connaître le débit en m3/h, il vous suffira d’appliquer la formule suivante : [contenance (en L) / temps (en s)] * 3,6. De même, récupérez l’information de la pression du système, en ayant par exemple recours à un manomètre. Si vous excédez les 5 kg/m2, il vous faudra recourir à un réducteur de pression.
3. Choisissez votre matérielLongueur et diamètre des tuyaux, types de têtes d’arrosage : que de choix précis ! Effectivement, il vous faudra prendre un certain nombre de décisions importantes, en vous basant sur les données dont vous disposez. Par ailleurs, il vous faudra vous procurer plusieurs éléments spécifiques relatifs à votre système, afin qu’il soit fonctionnel et optimisé. C’est ce que nous verrons dans le paragraphe suivant.
4. Le plan du systèmeSuperposez au plan de votre jardin, le plan du système. De cette manière, selon les éléments que vous avez choisis, il vous sera possible de savoir dans quelle mesure l’arrosage couvre votre terrain. Profitez-en pour procéder aux modifications nécessaires !
5. Assemblez le tout !Bien sûr, il est important de vérifier votre système avant de l’enfouir. Installez donc le tout au sol, et assurez-vous qu’il fonctionne comme vous le souhaitiez !
6. Enterrez le système.Une fois que vous vous êtes assuré que tout fonctionne de la façon désirée, placez le système dans les tranchées que vous aurez préalablement creusées, et recouvrez-les pour une finalisation en bonne et due forme.

Passez à l’action !

Le choix système d’arrosage enterré.

Bien entendu, lorsque vous pensez à installer un système d’arrosage enterré, la première question qui vous vient à l’esprit est de savoir : de quoi ai-je besoin en termes de composants ? Et comme nous avons pu le voir, il vous faudra d’abord établir un plan des caractéristiques de votre jardin pour le déterminer précisément. Voici donc la liste des éléments indispensables :

  • Cela semble logique, voire même inutile à préciser, mais pour que votre système automatique soit fonctionnel, un robinet extérieur doit être présent.
  • Pensez également au programmateur d’arrosage, qui est très probablement l’élément clé du système. Celui-ci vous permettra, selon son perfectionnement, de répartir l’eau d’une manière personnalisée en fonction des besoins spécifiques de vos zones. A vous de choisir la technologie que vous considérerez être la plus pertinente, au vu de votre jardin et de votre budget ! 
  • L’électrovanne est ensuite très intéressante. Effectivement, elle fait le lien entre le programmateur et le système, et est responsable de l’ouverture et de la fermeture des arrivées d’eau. Bien souvent enterrée, elle est placée dans un boîtier. 
  • Les tuyaux et raccords seront également choisis parmi un large panel de possibilités. Concernant les tuyaux, n’oubliez pas qu’ils seront enterrés et devront donc montrer une certaine résistance, notamment au gel. Choisissez des diamètres compris entre 20 et 30 mm. En termes de matériau, le polyuréthane haute densité est fortement prisé. Finalement, les raccords sont divers selon vos besoins : T, Y, coude ou manchon sont les options à votre disposition. 
  • Vos têtes d’aspersion sont elles aussi à déterminer selon le plan de votre jardin, comme nous l’avons mentionné précédemment. Si vous aimez les visions design et futuristes, bien sûr, les modèles escamotables vous plairont certainement ! Rotatifs ou fixes, de simple portée atteignant presque 3 m, voire encore les turbo-asperseurs et leur portée de 10 m pour les jardins très étendus, jusqu’aux turbinesatteignant les 30 m, vous n’avez que l’embarras du choix. Adaptez-vous simplement à la taille de votre extérieur, à vos envies et à votre budget !

Avec ces informations, vous êtes désormais en mesure de vous procurer les éléments indispensables à la création de votre système d’arrosage enterré. Il ne vous reste donc plus qu’à passer à la mise en place !

La mise en place du système.

Pour ce qui est de l’installation, il peut être intéressant de faire appel à des professionnels, moyennant un certain coût. Comme nous l’avons déjà vu, cette installation doit suivre plusieurs étapes :

  • Le test du système sur la terre ferme. Cette étape est primordiale, car vous facilitera les retouches éventuelles. Effectivement, une fois le tout dans le sol, il sera un peu tard pour reprendre les erreurs ! 
  • La phase jardinage comprend le fait de creuser vos tranchées. Ici, il est bon de creuser suffisamment large pour ne pas vous sentir à l’étroit lors de l’installation. Adaptez donc les bandes au diamètre de vos tuyaux, et placez la terre excavée sur des bâches pour garder un maximum de propreté. De manière évidente, adaptez également la profondeur de ces tranchées aux caractéristiques de vos asperseurs. Finalement, placez une fine couche de gravier au fond de vos tranchées. 
  • Raccordez l’ensemble du système et testez-le une dernière fois avant de le couvrir. 
  • Une fois les raccords réalisés, et le système bien placé, vous pouvez le recouvrir de terre. Il est également recommandé, par mesure de sécurité, de placer des grillages visibles au-dessus des canalisations. Cela évitera de les oublier, et donc de devoir potentiellement affronter de mauvaises surprises en jardinant ultérieurement. 

Ainsi, si vous êtes inspiré par le fait d’équiper votre jardin d’un réseau d’arrosage, vous avez pu voir que cela n’est certainement pas aussi complexe que vous auriez pu l’imaginer au premier abord. Un plan d’action clair, quelques calculs, du bon matériel, un peu d’huile de coude, et le tour est joué ! De cette manière, votre jardin pourra être alimenté en eau automatiquement, y compris les jours où vous serez absent. Que demander de mieux ? Sachez par ailleurs, si vous avez besoin de conseils d’experts, que nous sommes là pour vous répondre. N’hésitez donc pas à nous contacter dans le cadre de vos projets !