14 aménagements de jardin passés au crible : comparatif et photos de réalisations

Il existe une multitude de jardins. Chacun pourra faire son choix selon ses envies et selon le climat de sa région. Certains pourront opter pour un jardin aride de type méditerranéen, ou encore pour un jardin luxuriant tropical. Et pourquoi ne pas faire un bon de quelques siècles en arrière pour retrouver la beauté des jardins de la Renaissance. Voyons ensemble de quoi il retourne.

Jardin méditerranéen

Les jardins méditerranéens présentent certaines caractéristiques qui leurs sont propres. Il s’agit avant tout de plantes qui sont adaptées à des sols pauvres, pierreux et qui font facilement face à la sécheresse et au vents secs.

Le jardin méditerranéen dégage des parfums bien propre à cette région comme le thym, la lavande ou encore le romarin et le laurier rose. Il se pare donc de couleurs vives (comme le bougainvillier par exemple) et de plantes avec des feuillages gris argentés.

Le jardin méditerranéen est caractéristique du sud de la France. Voici quelques conseils pour en posséder un :

  • Pour préserver la fraîcheur de la nuit et accumuler le maximum de chaleur durant la journée, le mieux est encore de poser un paillis minéral.
  • Il est important d’effectuer un bon drainage et de positionner son jardin en zone ensoleillé.

Concernant les plantes et les arbres, voici quelques pistes intéressantes à explorer :

  • Plantes : lavande, romarin, thym, cistes, agapanthes, sauges, yuccas, agaves, etc.
  • Arbres : pin, eucalyptus, olivier, grenadier, figuier, laurier rose, bougainvillier, jasmin, myrte, agrumes, mimosa, etc.

Finissez par ajouter quelques jarres en terre cuite de différentes taille en les agrémentant de fleurs, de plantes, voire de petits arbustes, tout en disposant un ou plusieurs petits murets en pierre et vous obtiendrez votre jardin méditerranéen.

Jardin japonais

Le jardin japonais, aussi appelé jardin zen ou jardin sec, est un type de jardin caractéristique du Japon. C’est une philosophie qui conçoit le jardin comme un espace de repos propice à la méditation.

Trouvons un jardinier paysagiste dans votre ville

demander un devis dans votre région

Le jardin japonais est toujours (ou très souvent) clos. En effet, c’est un espace qui est conçu pour être placé en ville ou dans l’enceinte d’un temple. En dissimulant les contours du jardin, on arrive à le faire sembler plus grand. Pour cela, on utilisera de la végétation abondante et libre sur les contours le tout en decrescendo.

Pour un jardin japonais réussi, on utilise généralement les mêmes composants de base :

  • Un pavillon de thé : pour le plaisir des yeux et du corps. On crée une voie d’accès tortueuse et semée d’embûches, ponctué de pierres irrégulières.
  • Des rochers disposés par çi par là en dehors des axes principaux pour inciter à observer en détail l’ensemble du jardin.
  • De l’eau afin d’évoquer le cours de la vie qui s’écoule. L’eau est une composante majeure des jardins japonais, celle-ci doit relier l’ensemble des parties de l’espace végétalisé.
  • Les lanternes dissimulent ou mettent en valeur certains points précis.

Enfin, si vous en avez l’envie (et les moyens), pourquoi ne pas installer une fontaine d’ablution. Aussi appelée “tsukubai”, celle-ci est destinée à purifier le visiteur à l’entrée du jardin japonais.

Jardin français

Le jardin français, aussi appelé jardin à la française ou jardin classique, ordonne les végétaux, les voies d’accès ainsi que tout ce qui s’y trouve de manière géométrique en jouant sur une perspective optique différente selon les endroits où on s’y trouve.

Le jardin à la française est présent un peu partout en Europe mais les plus belles pièces se trouvent en France. Il s’agit bien évidemment de l’endroit qui a vu naître ce type de jardin et Louis XIV a fait s’envoler la mode avec son jardinier de renom qu’était André Le Nôtre.

La création du jardin français n’est pas sensé rendre la demeure plus belle ou de la magnifier, mais de la renvoyer au second rang. Le jardin doit devenir une pièce à part entière, la pièce maîtresse.

Jardin anglais

Au contraire du jardin à la française, le jardin anglais laisse vivre la nature dans son état sauvage. Il s’agit bien évidemment d’un art rigoureux mais néanmoins plus permissif. Les plantes et les arbres sont étudié pour se mélanger de façon harmonieuse.

Le jardin à l’anglaise installe des allées sinueuses et pavées tout en privilégiant une végétation aux allures rurales. On essaie de prolonger les paysages au maximum et on recrée des étangs en plaçant des arbres aux abords de ceux-ci.

Les points importants pour créer un jardin à l’anglaise sont les suivants :

  • Créez un petit étang et placez des arbres à ses abords. Les branches des arbres doivent effleurer l’eau.
  • Créez des coins retirés du jardin et placez-y des bancs à l’ombre et au soleil.
  • Installez des massifs par çi par là pour essayer de sculpter le paysage et créer une certaine profusion dans celui-ci.
  • Plantez des graminés et des plantes comme la lavande, les rosiers, les remontants, les asters, les anémones, les hostas, etc.

Pour terminer, sachez que tout jardin anglais qui se respecte possède une arcade de plantes grimpantes. Généralement on y installe un rosier, mais le lierre ou la vigne vierge peuvent très bien faire l’affaire.

Jardin italien

Le jardin italien, aussi appelé jardin à l’italienne, est apparu durant la période de la Renaissance. En premier lieu en Italie, mais il s’est très vite exporté à l’étranger. On y mêle généralement beaucoup d’eau et d’éléments de décors avec les plantes.

Le jardin à l’italienne est né durant une période où les esprits s’ouvrent et où les personnes commencent à mettre l’art avant tout. Ils sont grandement inspirés des jardins de la Rome antique avec beaucoup de mises en perspectives et des calculs géométriques.

Trouvons un jardinier paysagiste dans votre ville

demander un devis dans votre région

Pour créer un jardin à l’italienne, il est important de suivre certaines règles :

  • Installation de statues et de colonnes, voire de sculptures aux intersections des voies d’accès et des chemins.
  • L’eau doit y être abondante, qu’il s’agisse de bassins ou de fontaines. On peut également faire varier les jeux d’eau et de cascades.
  • Les allées sont des axes et doivent être géométriques.
  • Les végétaux dessinent soit des parterres fleuris, soit des massifs géométriques.

Pour finir, si possible créez le jardin à l’italienne sur un terrain légèrement pentu afin de pouvoir mieux observer l’ensemble de la création. La pente permet également de donner une impression de grandeur.

Jardin andalou

Le jardin andalou, aussi appelé jardin espagnol ou jardin mauresque, est une création fortement inspirée des patios musulmans. Les plus beaux d’entre eux se trouve à Cordoue. Il peut être intéressant d’y faire un tour en Mai, mois durant lequel la ville organise la fête des patios et chaque habitant rivalise pour présenter le plus beau patio.

À l’origine, le jardin andalou servait de climatisation durant les mois d’été. La recherche est avant tout axée sur la fraîcheur, les parfums, les couleurs et un voire plusieurs bassins d’eau.

Voici quelques conseils pour créer votre propre jardin andalou :

  • Plantez des citronniers, des orangers et des mandariniers.
  • Créez un bassin central autour duquel une allée sera réservée pour les passants.
  • Autour de cette allée installez quelques bancs à l’ombre qui serviront d’aire de repos.
  • Posez des pots de fleurs et d’arbres par çi par là afin de parfumer l’ensemble du patio et créer des zones d’ombres.

Enfin, ce qui fait la beauté des jardins mauresque c’est avant tout la variété des espèces qui y sont cultivées. N’hésitez pas à installer des plantes autochtones qui auront une meilleure croissance qu’une plante qui ne résistera pas au climat.

Jardin de curé

Le jardin de curé est à l’origine le jardin du curé du village. Celui-ci cultivait un jardin autour du presbytère pour se nourrir et pour fleurir l’autel de l’église. Avant de devenir un objet d’art c’était un jardin utile qui servait au curé à vivre en autarcie.

À l’heure actuelle, chacun peut créer son jardin de curé chez soi. Il sera de préférence clos et à la campagne, bien qu’il soit également possible de créer un jardin de curé en ville. Chacun pourra y cultiver les plantes et les herbes qui lui plaisent.

Le mieux pour créer son jardin de curé est encore de suivre certaines règles de base :

  • Faites un plan simple, en carré ou en croix.
  • Créez des allées, celles-ci peuvent être bordées de buis, de lavande, de rameaux ou encore de briques.
  • Placez un ou plusieurs bancs au bout d’une allée et agrémentez le tout par une statue de la vierge ou un croix en fer forgé.
  • Évitez le gazon et ne plantez que des herbes, des plantes et des arbres “utiles”. C’est à dire qu’ils doivent pouvoir se manger ou être utilisé comme aromates.

Chacun doit pouvoir composer son jardin de curé comme bon lui semble. Plantez les herbes qui vous plaisent, les légumes que vous aimez manger et les fruits qui vous donnent envie. Bref, créez votre propre havre de paix.

Jardin ouvrier

Le jardin ouvrier, aussi appelé jardin familial, s’inscrit dans une démarche très sociale. À l’origine, il s’agissait de jardins gérés par des associations à but non lucratif qui permettaient d’améliorer la vie des personnes les plus modestes.

Les jardins familiaux sont nés en Allemagne au 19e siècle et ont été intégrés en France dès la fin de celui-ci. Les municipalités mettaient des parcelles de terre cultivable à disposition des familles les plus modestes afin que celles-ci puissent mieux faire face aux pénuries.

À l’heure actuelle il est toujours encore possible de se voir attribuer une parcelle dans un jardin familial. Il s’agit cependant d’une tâche très ardue étant donné la forte demande et les critères d’attributions qui peuvent s’avérer compliqués.

Jardin botanique

Selon l’International Association of Botanic Gardens, un jardin botanique c’est : “une institution possédant des collections documentées de plantes cultivées pour la recherche scientifique, la conservation, l’exposition et l’éducation.”

Il est également possible de posséder son petit jardin botanique derrière chez soi. POur cela, suivez ces quelques règles simples et tout devrait bien se passer :

  • Aménagez votre jardin botanique selon les conditions naturelles de votre région. Il est inutile de vouloir faire prospérer des plantes tropicales dans le grand Nord.
  • En suivant le dernier conseil, essayez de privilégier les espèces locales ou tout du moins les les espèces adaptées à votre zone géographique.
  • Créez des espaces en plein sol et d’autres à l’ombre et évitez les couloirs de vents.
  • Drainez votre sol.
  • Posez une étiquette sur chaque plante (en latin et en nom courant) afin de faciliter les présentations et le repérage.

Un jardin botanique est également un havre de paix qui est généralement construit sur une voire plusieurs allées. On le visite comme on visiterait un musée à ceci près que tout ce qui s’y trouve pousse, grandit  et se multiplie.

Jardin de montagne

Le jardin de montagne répond à des exigences d’un climat froid et rude. Ce climat est non seulement difficile pour les plantes et les différents végétaux, mais également pour le jardinier qui voit son rythme de vie ponctué par deux grandes périodes : la belle saison et la mauvaise saison.

Pour un jardin de montagne, la période d’activité court de mai à octobre. Il s’agit de la période durant laquelle on va semer, planter, entretenir et soigner ses plantations. Il faudra également penser à certaines activités spécifiques telles que la protection contre le froid.

Commencer son jardin de montagne demande quelques précautions avant de commencer :

  • Aménagez un coin rocailleux naturel pour accueillir les différentes espèces de mousses et de végétaux appréciant ce type de sol.
  • Drainez le sol pour éviter un excès d’humidité.
  • Placez des arbustes et des plantes vivaces.

Prenez garde à l’équilibre des couleurs dans votre jardin de montagne. Installez des plantes comme l’églantier, l’aubriète ou le gazon turc qui se développent très facilement sur ce type de terrain.

Jardin tropical

Le jardin tropical présente des étendues de végétation luxuriante aux allure d’un paradis terrestre. Bien que sur la plupart du territoire français il soit possible de créer un semblant de jardin tropical, il sera bien plus aisé à mettre en place dans un climat méditerranéen.

Pour créer son propre jardin tropical, voici quelques conseils à suivre :

  • Votre sol doit être riche et très bien drainé : les plantes tropicales nécessitent beaucoup d’apport en nutriments pour développer une végétation verdoyante et luxuriante. Les palmiers ont horreur des sols qui ne sont pas drainés alors prenez garde à ce type de particularités.
  • Plantez beaucoup de vivaces : de préférence à feuilles géantes pour donner une impression de jungle tropicale.
  • Les arbustes fleuris introduisent des couleurs intenses et éclatantes.

Enfin, si vous désirez donner une impression grandiose à votre jardin tropical, n’hésitez pas à opter pour des fleurs spectaculaires aux couleurs éclatantes et intenses. Plus votre jardin tropical sera riche en couleur et en tons de verts différents, plus vous aurez l’impression de vous trouver en pleine jungle luxuriante.

Jardin d’eau

Le jardin d’eau permet de se créer un espace reposant, rafraîchissant et naturel. Il permet de profiter d’un coin de repos et de méditation en été et améliore grandement le confort des habitants.

Mais avant de se lancer dans la création de son jardin d’eau, il est important de se poser quelques questions au préalable :

  • Le cadre législatif : en-dessous de 1000 m2 d’eau, vous n’aurez pas besoin de faire de déclaration. Si vous devez détourner un cours d’eau, vous devrez en informer les autorités compétentes au préalable (Direction Départementale de l’Équipement).
  • Le lieu : le lieu et l’exposition dépendent de votre région et du type de végétaux que vous souhaitez y implanter.
  • Quand creuser : le mieux est encore de creuser en été pour que les pluies automnales puissent remplir le bassin.
  • La profondeur : jamais moins de 1m 50 au centre pour permettre aux poissons et aux végétaux de se protéger contre les menaces extérieures.

Pour améliorer la qualité de votre jardin d’eau, n’hésitez pas à installer une petite fontaine ou une cascade et de la mettre en marche quelques heures par jour. N’oubliez pas qu’un bassin autosuffisant amène également son lot d’insectes et d’animaux en tous genres.

Jardin potager

Créer son jardin potager est un effort que de plus en plus de français font. En effet, cultiver et manger ses propres fruits et légumes permet de ne pas être dépendant des grandes surface tout en garantissant un produit frais et non empoisonné par les pesticides.

Pour cela, suivez quelques règles relativement simples et vous pourrez bénéficier de votre propre jardin potager :

  • Une orientation au Sud Sud-Ouest est idéale pour bénéficier du maximum de soleil durant toute l’année.
  • Ne placez pas votre jardin potager sous les grands arbres pour éviter d’assécher le sol et de faire de l’ombre.
  • Évitez les couloirs venteux.
  • Plus votre jardin potager est proche de la maison, plus vous y accéderez facilement.
  • Placez le proche d’un point d’irrigation.
  • Le sol doit être riche et plein de fertilisants (naturels de préférence). Évitez les sols rocailleux et faits de cailloux, de sable et de remblais.

Il faut savoir que pour nourrir une famille de 4 personnes durant toute l’année, un jardin potager de 10m sur 10m est largement suffisante. Et si vous le pouvez, essayez de créer un tressage de 20cm de hauteur afin de surélever le sol pour moins se baisser et donc moins se fatiguer.

Jardin de trottoir

Le jardin de trottoir est, comme son nom l’indique, un jardin qui est cultivé sur le trottoir en face de son habitation. Les plus connus se trouvent sur l’île de Ré et embellissent les façades des logements dans les villages rétais.

Pour créer un jardin de trottoir il faut tout d’abord adresser une demande à la commune. En effet, le trottoir est un espace public appartenant à la mairie. De plus, la création d’un jardin de trottoir nécessite certains travaux qui peuvent s’avérer relativement lourds comme le découpage du trottoir, le décaissement, l’apport de terre végétale, etc.

Commencez par contacter vos voisins et la mairie pour vous renseigner sur les modalités de création d’un jardin de trottoir. Si vous recevez un accord des deux parties et que la mairie accepte de vous financer, il ne reste plus qu’à lancer la procédure. Sinon, préférez installer des jardinières pour commencer.