Musaraigne : une alliée parfaite pour les jardiniers

Il n’est pas rare de rencontrer une musaraigne dans nos champs ou dans nos jardins, mais cet animal le paie cher, car la plupart d’entre eux se font empoisonner par les insecticides chimiques, attaquer par les animaux domestiques et bien sûr chasser par l’homme. Et pourtant, cette petite bête est un précieux auxiliaire du jardinier. Il dévore les chenilles, les hannetons, les limaces, les cloportes et autres insectes nuisibles. Voici quelques astuces pour l’accueillir comme il se doit dans son jardin !

Piqure de rappel sur la musaraigne

Avec son allure de souris, la musaraigne se reconnait facilement à ses petits yeux ainsi qu’à son museau pointu et allongé. Il ne dépasse pas les 10 cm de long, et son poids varie entre 7 à 15 g.

Carte d’identité de la musaraigne

FamilleSoricidae
ClasseMammifère
Espèce animale similaireSouris, mulot
Les espèces les plus fréquemment rencontrées·         Musaraigne carrelet ou commune (Sorex areneus)

·         Musaraigne des champs (Crocidura leucodon)

·         Musaraigne des jardins (Crocidura suaveolens)

·         Musaraigne musette (Crocidura russula)
TailleMoins de 10 cm
Longueur de la queueEnviron 4 cm
Poids7 à 15 g
Particularité physiqueMuseau pointu et allongé, yeux ronds et très petits, pelage court
Couleur de pelageBrun, gris, roux
Régime alimentaireInsectivore
Nourritures préférées

Chenilles, escargots, vers gris, limaces, perce-oreilles, blattes, cloportes, sauterelles, criquets, hannetons, mille-pattes…
HabitatsHerbes hautes, nids constitués de feuilles mortes, muret, paille,
Ses qualités de chasseurOdorat développé, rapide, très vorace
Période de reproductionToute l’année
Portée2 à 8 petits
Espérance de vie15 mois

C’est un animal hyperactif, il dort peu (2 heures par jour) et chasse le jour et la nuit. Et si elle ne trouve pas à manger, la musaraigne entre temporairement dans une phase d’hibernation, mais ponctuée par des périodes d’activité. Elle pousse un petit cri aigu pour communiquer avec ses semblables bien qu’elle soit plutôt misanthrope.

La musaraigne vit dans le sol, les haies, les talus, sous les branchages, dans nos champs, nos jardins… Elle se confectionne un nid de feuilles mortes pour se protéger du froid de l’hiver.

Le saviez-vous ? Le cœur des musaraignes bat très vite. Celui du Suncus etruscus (une musaraigne qui pèse 2,5 grammes) peut notamment atteindre plus de 1000 pulsations par minute, soit environ 16 pulsations par seconde.

Différences entre les souris et les musaraignes…

MusaraigneSouris
Les musaraignes sont des mammifères insectivores (consomment des insectes). Dotées d’yeux minuscules, elles ont des museaux pointus et allongés.Les souris sont des rongeurs : elles mangent des graines et des racines. Contrairement aux musaraignes, elles ont de gros yeux et sont pourvues de museaux plus courts et arrondis.

Mode de reproduction de la musaraigne

Trouvons un jardinier paysagiste dans votre ville

demander un devis dans votre région

Bien que la musaraigne soit un animal misanthrope, elle cherche un partenaire durant la période de reproduction. Cette dernière s’étale de mars à la fin de l’automne. La gestation dure 20 à 27 jours. En fonction de l’espèce et des conditions climatiques, le nombre de portée par an oscille entre 2 et 5. Chaque portée comporte 2 à 8 petits. Les bébés musaraignes naissent aveugles et sans fourrure. La mortalité est très importante durant les premiers mois de vie. L’espérance de vie d’une musaraigne se situe généralement entre 15 et 30 mois.

Son rôle d’auxiliaire au jardin

La musaraigne est un auxiliaire du jardinier, que ce dernier se doit de protéger. Elle diminue considérablement la présence, et les dommages, des insectes nuisibles. Elle intervient le jour, comme la nuit en tant que fidèle gardien du jardin.

Contrairement à la souris, la musaraigne n’est pas un rongeur, mais un mammifère insectivore. Elle se régale d’escargots, de limaces, de mille-pattes, de chenilles, de vers, de cloportes, mais aussi de ses propres matières fécales (Cæcotrophe). Cet insectivore trouve sa nourriture en reniflant le sol, il est doté d’un odorat très développé lui permettant de détecter un insecte enfoui à plusieurs centimètres sous le sol.

La musaraigne fait partie des animaux les plus voraces au monde, ce qui veut dire que sa présence dans votre jardin ne requiert pas l’utilisation de produits insecticides. En effet, elle est capable de consommer plus du double de son poids en insecte par jour. Cela s’explique notamment par son métabolisme particulièrement rapide.

Vous l’aurez compris, la musaraigne est l’allié idéal des jardiniers désireux de préserver leur potager de façon naturelle et écologique. Pourtant, elle est souvent chassée par l’homme à cause de sa mauvaise réputation. En effet, on l’accuse depuis toujours d’avoir une morsure venimeuse. À vrai dire, seuls le Neomys (une musaraigne aquatique) et la Grande musaraigne (qui se trouve uniquement au Canada) ont une salive toxique. Seulement, celle-ci n’est pas dangereuse pour l’homme, mais uniquement pour les petits animaux.

Attention : Durant l’automne, les musaraignes peuvent se faufiler dans votre maison, là où les insectes se rendent pour se mettre à l’abri du froid.

Les dangers qui menacent la musaraigne

Les causes de mortalité chez la musaraigne sont nombreuses :

  • Intoxication par les pesticides de synthèse, directement ou indirectement (en consommant des insectes empoisonnés).
  • Mort de peur ou de stress: un excès d’hormone chez les musaraignes peut les empoisonner.
  • Mort calciné, à cause du brulage des feuilles mortes.
  • Attaque de ses prédateurs naturels (fouine, serpent, oiseaux de nuit comme la chouette, renard, blaireau, belette…) ou des animaux domestiques (chat, chien…).

Comment accueillir une musaraigne ?

Pour accueillir une musaraigne dans son jardin, il n’est pas nécessaire d’aller dans une animalerie, car vous n’en trouverez pas. Vous devez utiliser quelques petites astuces afin de l’attirer naturellement.

1) Construisez un abri pour musaraigne : pour ce faire, vous n’avez pas besoin d’avoir une expérience en bricolage. Un amas de pierres posé sur le jardin, une petite friche, une planche inclinée contre un mur, un tas de briques ou tuiles arrangé dans un coin de votre potager… et le tour est joué ! En hiver, elles s’y plairont pour se réfugier et au printemps pour y installer leurs petits.

Il se peut que les abris restent vides les premiers temps, revenez vérifier leur présence après quelques mois. Si ces refuges ne sont pas encore occupés, changez de place et mettez-les dans un coin abandonné et calme de votre jardin.

2) Installez une litière composée de feuilles mortes : les musaraignes aiment particulièrement se détendre sur les amas de feuilles mortes et d’herbes sèches.

3) Faites du compost : Le compost constitue une source intarissable d’insectes. De ce fait, n’hésitez pas à recycler vos déchets verts si vous voulez appâter ce petit animal.

Trouvons un jardinier paysagiste dans votre ville

demander un devis dans votre région

ATTENTION !

  • Les chats aiment jouer avec les musaraignes. Ils tuent ces dernières sans les manger. Si vous voulez éviter ce genre d’incident, posez des grelots sur le collier de votre animal de compagnie. Le bruit alertera les musaraignes et les fera fuir.
  • Contre l’intoxication des musaraignes, évitez l’utilisation de produits chimiques dans votre jardin et privilégiez les traitements naturels.

 Vers le haut