Pomme de terre et tomate : lutter efficacement contre le mildiou

Le mildiou est une véritable calamité pour les légumes du potager tels que la tomate ou la pomme de terre. Une fois contaminées, les feuilles peinent à retrouver la santé. C’est la raison pour laquelle il faut privilégier les traitements préventifs contre le mildiou. En ce qui concerne la lutte proprement dite, l’idéal est d’utiliser des produits bio. Mais lorsque l’infection commence à se généraliser, aux grands maux, les grands moyens. À partir de là, l’usage d’un puissant fongicide est de rigueur.

Qu’est-ce que le mildiou ?

De son nom scientifique Phytophthora infestans, le mildiou est un champignon qui s’accroit grâce à la variation des températures en été. En d’autres termes, le développement du mildiou est largement favorisé par l’alternance et la combinaison entre la chaleur et l’humidité estivales.

Pour ainsi dire, le mycélium de champignon se développe en dessous des feuilles de la tomate ou de la pomme de terre. Il produit des spores qui vont favoriser sa propagation sur les autres plants et qui sont véhiculées en majorité par la pluie, quelle que soit sa forme. Les orages, les gouttelettes d’un crachin, les averses, la pluie battante, la bruine d’un minuscule passage humide et même un brouillard matinal peuvent aider à l’expansion du mildiou.

Dès que la maladie se déclare et si les conditions climatiques lui sont favorables, l’évolution est très rapide. En à peine quelques jours, le mildiou va gagner inéluctablement l’ensemble de la plante, incluant les feuilles, les tiges, et les fruits pour la tomate. Quant à la pomme de terre, le mildiou va se mettre à attaquer le tubercule. Lorsqu’une plante est infestée, les chances pour que sa production puisse être sauvée sont maigres. Les tomates et les pommes de terre vont pourrir sur place. Faites attention, car le mildiou peut détruire à lui tout seul toute une plantation.

Notez que ce champignon est très résistant. Ses conditions lui permettent d’hiverner sur les résidus de plantes qui sont restés dans le sol. Ainsi, la saison suivante, le mildiou peut revenir encore plus virulent que jamais.

Le mildiou : comment le reconnaître ?

Il est facile de reconnaître le mildiou. Une fois que la maladie se déclare, la couleur de la plante infestée va virer au brun.



Manifestation du mildiou
Sur les tiges

Les feuilles sont les premières infectées. Leurs bordures vont se dessécher et rapidement, les feuilles vont devenir brunes.
Sur les feuilles

Après avoir gagné toute la feuille, le mildiou va se mettre à attaquer la tige. Lorsqu’il s’est bien enraciné sur la tige, le mildiou va être plus prompt à agresser les fruits et les tubercules.
Sur la tomate
Le mildiou se manifeste sur les tomates sous l’apparence de bosselures brunes. Les fruits vont mûrir difficilement, avant de finir par complètement brunir.
Sur la pomme de terre
Sur les pommes de terre, les feuilles et les tiges vont brunir en un rien de temps. Par la suite, les tubercules vont pourrir. Vous remarquerez également l’émanation d’une odeur de la putréfaction fétide. Cela ne laisse aucun doute, vous êtes bien en présence de mildiou.

Conseils et astuces pour limiter le développement du mildiou sur les tomates et les pommes de terre

D’emblée, il tient de préciser qu’il n’existe aucun moyen pour guérir les plantes atteintes. Les méthodes curatives sont encore en cours d’expérimentation. Donc, tout va se jouer sur le préventif.

Trouvons un jardinier paysagiste dans votre ville

demander un devis dans votre région

La première chose que vous devez faire est de bien choisir les variétés de tomates ou de pommes de terre que vous souhaitez planter. Dans l’idéal, préférez les variétés qui résistent au mildiou, aux conditions climatiques extrêmes, qui sont susceptibles de donner un rendement supérieur, et dont la fructification peut démarrer en avance. Pour ces deux types de légumes, il existe des variétés qui sont résistantes au mildiou, n’hésitez pas à demander plus d’information à votre pépiniériste. Pour les pommes de terre par exemple, certaines variétés offrent une très bonne résistance naturelle à ce champignon.

Dans l’ordre de vos priorités, la seconde chose que vous devez faire est de soigner la plantation de vos tomates et de vos pommes de terre. Si vous avez choisi la culture en ligne, veillez à ce qu’il y a assez d’espace entre les plants, et cela, pour qu’il y ait une bonne aération entre le feuillage. Cela étant dit, la plantation en ligne favorise le développement du mildiou qui va commencer d’un bout et se finir à l’extrémité de la ligne. La prudence est donc de mise.

Dans le cas où vous disposez d’un potager assez spacieux, il est recommandé de disséminer les plants sur l’espace disponible. Cette technique part du principe que les végétaux sur place ne sont pas toujours sensibles au mildiou. La plantation dépareillée va, en quelque sorte, limiter la propagation de ce champignon.

Comment prévenir l’apparition du mildiou sur les plants de tomate ?

Pour prévenir l’apparition du mildiou sur la tomate, vous pouvez utiliser plusieurs méthodes.

  • Si vous habitez dans une région humide, l’idéal serait de cultiver la tomate sous une serre afin de les protéger de la pluie. Rappelons que la pluie est le premier vecteur de la propagation du mildiou.
  • Pendant la plantation, vous devez réaliser une butte de 20 cm de haut en dessous des pieds mères. Ainsi, l’enracinement sera plus important. Cela contribuera à renforcer la plante.
  • Pour fortifier les plants de tomates, vous pouvez les pulvériser avec du purin d’ortie.
  • Paillez la butte et le sol avec du paillage végétal. Si possible, utilisez du chanvre ou du lin. De cette manière, l’eau d’arrosage va couler vers les racines sans permettre aucune éclaboussure.
  • Lier la tige mère en prenant soin de ne pas la blesser. Il faudra cependant laisser du lest au liant puisque la plante va prendre du volume avec le temps.
  • Taillez les gourmands qui poussent au niveau de l’aisselle des feuilles, ainsi que de la tige mère. Si vous cultivez les tomates en extérieur, faites en sorte de pratiquer cette opération par beau temps. Cela permettra à la plante de mieux cicatriser. Sachez qu’une entaille est une porte ouverte à une infection par mildiou.
  • Il est préférable d’arroser le sol et jamais le feuillage des plants des tomates.

Comment prévenir l’apparition du mildiou sur les pommes de terre ?

La culture des pommes de terre doit se faire lorsque le sol est chaud.

  • Tout comme pour la tomate, vous devez réaliser une butte de terre et la recouvrir d’un paillage végétal (lin ou chanvre).
  • Évitez d’arroser la partie aérienne des plans de pomme de terre

Autres recommandations pour protéger les cultures

Afin de renforcer la vigueur des plants de tomates et de pommes de terre, parfois, vous devez songer à associer les cultures.

Plants
Plantes compatibles
Tomates
Ail, oignon, carotte, persil, poireau, basilic
Pommes de terre
Capucine, céleri, fèves, pois, haricots

Lorsque vous cultivez toujours la même espèce de légumes au même endroit, le sol va s’épuiser rapidement. Ainsi, il faudra procéder à une rotation des cultures. Cela contribuera à limiter la propagation des maladies.

Si le mildiou a réussi à prendre racine sur vos plantes, vous pouvez toujours envisager un traitement fongicide sur les feuilles. Encore dans le préventif, vous pouvez utiliser une bouillie bordelaise ou bien du bicarbonate dissout dans de l’eau.

Autrement, vous pouvez retirer toutes les feuilles malades et les isoler. Ne les incorporez surtout pas dans le compost, car le mildiou va se mettre à contaminer l’engrais. Si l’attaque se généralise, récoltez les tomates non malades même si elles sont encore vertes.